Bienvenue !

Et si Notre Dame de Pontmain était revenue ? C’est l’histoire que nous vous proposons de vivre avec les plus petits pour attendre ensemble l’arrivée du Messie !

 

Attendre Noël, c’est pour nous tous chaque année, prendre le temps de rentrer dans l’Avent : réapprendre à regarder Jésus dans nos vies, prendre conscience de la beauté de sa présence dans notre quotidien, redécouvrir le prix qu’on a à ses yeux… Et si cette année, on patientait jusqu’à Noël en famille ?

 

Chaque semaine, vous recevrez chaque vendredi de l’Avent, avec les nouvelles du diocèse, un conte de Noël de 4 à 5 minutes. Une belle idée pour partager un moment familial chaque week-end et aider petits et grands à patienter jusqu’à Noël. Cette année, le diocèse de Laval vous emmène à Pontmain, suivre les aventures des voyants qui attendent le retour de la Vierge Marie, lors de l’hiver 1871.

 

Bel Avent à tous !

Ecoutez votre conte de Noël !

L’abbé Guérin, sortit de son sommeil par les enfants de Pontmain ouvre la porte de la de l’église paroissiale est une grande lumière les éblouit.  

 

Quatrième épisode : Le miracle de Noël

 

Narrateur : Accompagné des 4 voyants de Pontmain, l’abbé Guérin ouvre la porte de l’église paroissiale, et une grande lumière vint jusqu’à eux. Le faisceau lumineux trouve sa source dans la crèche, ce qui invite les 5 protagonistes à s’approcher doucement de celle-ci. Les petits voyants, émerveillés, se retrouvent face à une scène extraordinaire. Loin de l’agitation et de leur excitation pour venir jusqu’ici, les 4 enfants sont calmes et silencieux. Une lumière éclatante émane du centre de la crèche là où se trouve l’enfant-Jésus. A la vue de cette scène, les cœurs de Joseph, d’Eugène, de Jeanne-Marie et Françoise se remplissent d’espoir et de paix.

Eugène : Regardez, monsieur le curé, c’est ce que vous nous avez expliqué au caté : c’est le miracle de Noël ! L’enfant Jésus nous apporte la paix.

 

Joseph : C’est magnifique ! C’est la naissance de Jésus !

 

Françoise : Et la Vierge de Pontmain est là avec lui, dans la paille avec l’âne et le bœuf.

 

Narrateur : Les enfants s’agenouillent devant la Vierge, submergés par une sensation de paix et d’amour. Ils sentent que la Vierge veille sur eux, comme elle veille sur l’enfant nouveau-né qu’elle tient dans ses bras. Par ses gestes, Eugène reconnaît en la Vierge Marie les mouvements de sa maman lorsqu’elle berçait son petit frère Joseph lorsqu’il était tout petit.

 

Eugène : C’est un véritable miracle !

 

Joseph : Belle dame, est-ce que vous avez un message pour nous ?

 

Françoise : Dites-nous ce que nous devons faire.

 

Jeanne-Marie : Nous sommes prêts à vous écouter.

 

Vierge Marie : Mes chers enfants, continuez à être de bons cœurs, à aimer votre prochain et à répandre la joie et la paix autour de vous. Soyez de véritables lumières dans ce monde. Et rappelez-vous, l’amour de Dieu vous accompagnera toujours.

 

Joseph Barbedette : Merci belle dame, d’être venue nous voir pour ce Noël. Nous ferons de notre mieux pour suivre vos enseignements.

 

Narrateur : Le petit Joseph, qui a maintenant oublié son accident et n’a plus mal à la jambe, va chercher son papa et sa maman pour les prévenir. 

La nouvelle de la visite de la Vierge se répand rapidement dans tout le hameau de Pontmain mais cette fois-ci, cela ne fait pas d’histoire. Le hameau entier est émerveillé par ce miracle.

Les habitants se rassemblent dans l’église, attirés par cette lumière céleste. Ensemble, ils prient au pied de la Sainte Famille. Pendant ce moment de grâce et de communion, ils  chantent en chœur les chants bien connus à la Vierge de Pontmain.

 

Narrateur : Les voix des villageois s’unissent dans une harmonie céleste, portées par la magie de cette nuit sacrée.

La présence de la Vierge de Pontmain, aux côtés de l’enfant Jésus, apporte une douceur et une sérénité à tous les cœurs présents. Les enfants, les adultes, tous ressentent cette paix qui émane de la crèche.

Ainsi, Pontmain vit un Noël unique, où la naissance de Jésus et la présence bienveillante de la Vierge Marie unissent les cœurs dans la paix et l’espérance.

Tous quittent l’église, le cœur rempli de joie et de gratitude envers la Vierge de Pontmain. Ils se savent maintenant bénis et aimés de Dieu.

 

Joyeux Noël à tous ! 

 

Ce conte est une fiction et a été écrit et réalisé par le diocèse de Laval, en collaboration avec Radio Fidélité Mayenne.

Les enfants de Pontmain ont réveillé l’abbé Guérin pour qu’il puisse ouvrir l’église du hameau qui est illuminée d’une lueur très étrange. 

 

Troisième épisode : le traineau

 

Narrateur : En ce soir de décembre, il fait froid à Pontmain. Le hameau est calme, les villageois sont endormis. Mais dans cette obscurité, 5 silhouettes avancent d’un pas déterminé. Certains vont plus vite que d’autres. Joseph, Jeanne-Marie et Françoise sont devant tandis qu’Eugène attend l’abbé Guérin qui avance moins vite. 

 

Eugène : N’allez pas trop vite ! Attendez -nous !

 

Narrateur : Rien à faire, les autres enfants accélèrent le pas. L’abbé Guérin lui, fixe le ciel. Si en janvier, il n’avait pas vu la Vierge Marie apparaître, cette fois-ci, il voit tout comme les enfants : l’étoile qui brille. Ces yeux sont d’ailleurs rivés sur celle-ci.  Le pauvre petit Joseph n’arrive plus à suivre les pas préssés de Jeanne-Marie et Françoise. Afin de ne pas avoir froid, il a revêtu un manteau trop grand pour lui et manque à chaque pas de marcher dessus.

 

Et patatra, ce qui devait arriver arriva. Le petit Joseph tomba dans la neige ! 

Eugène s’aperçut de la chute de son frère et courra pour le rejoindre et s’assurer qu’il va bien.

 

Eugène : Mon pauvre petit joseph ! Ton manteau est désormais tout mouillé par la neige… Viens, prends mon manteau, je vais t’aider à te relever. 

 

Joseph, reniflant : Eugène, je me suis fait mal… je crois que je me suis cassé quelque chose… Je n’arrive plus à marcher.

 

Narrateur : Pendant ce temps, l’Étoile, elle, n’avait pas bougé, et elle illuminait l’église d’une lueur douce. 

 

Jeanne-Marie : Joseph ! Est-ce que ça va ? Regarde, assieds toi sur cette luge, nous allons te tirer jusqu’à l’église. 

 

L’abbé Guérin est catastrophé et dit :  Ohlalala mes chers enfants ! Est-ce que vos parents sont prévenus que vous êtes dehors à cette heure-là ?

Que vont-ils vous dire quand ils vont s’apercevoir que vous êtes dehors à cette heure ? Ils vont être furieux et vont encore en avoir contre moi… Oh… Cela n’arrive vraiment que dans ce hameau ces histoires-là ! 

 

Narrateur : Après avoir déposé – non sans mal – Joseph sur le traîneau de fortune, les enfants expliquent à l’abbé Guérin que leur parents ne veulent plus entendre parler de la sainte Vierge et que si leurs parents apprennent qu’ils sont dehors pour voir ce que l’étoile veut leur dire, ils seront obligés de rentrer se coucher et n’auront rien vu…. 

En effet, depuis les apparitions, la famille Barbedette fait parler dans les villages voisins de Pontmain, certains disent que les enfants mentent afin de se faire de l’argent, d’autres pensent qu’ils ont tout inventé pour que l’on parle d’eux… Les parents Barbedette n’aiment pas les histoires et encore moins être au centre de l’attention, c’est pourquoi ils ont demandé à leurs enfants de ne plus parler de la sainte Vierge. 

L’abbé Guérin décide de continuer sa marche avec les enfants afin de leur ouvrir la porte de l’église en leur faisant promettre de ne plus prendre aucun risque afin qu’aucun autre enfant ne tombe.

Ensemble ils arrivent sous le porche de l’église illuminée. 

L’abbé n’en revient pas : c’est incroyable, cette lumière !

 

L’abbé Guérin : Je n’ai jamais vu ! On dirait que l’église est en train de brûler ! 

Les enfants éclatent de rire ! 

 

Joseph : Mais non Monsieur l’abbé ! Je vous dis que c’est la belle dame qui revient pour nous dire quelque chose ! 

 

Abbé Guérin : Allez voir à l’intérieur !

 

Narrateur : tout en disant cela, il ouvrit la lourde porte de l’église.

 

Une lumière jaillit au même instant dans l’entrée de la chapelle et les éblouit. Quand leurs yeux se sont habitués à la lumière, ils virent… 

 

La suite au prochain épisode ! 

 

Ce podcast est une fiction et a été écrit et réalisé par le diocèse de Laval, en collaboration avec Radio Fidélité Mayenne.

Les 4 enfants de Pontmain, Joseph, Eugène, Françoise et Jeanne-Marie sont dans la neige et scrutent le ciel de Pontmain. Cette étoile, ils ne l’ont jamais vue auparavant. Elle scintille de 1000 feux un peu comme celles qui ornaient la robe de la belle dame qu’ils avaient vue lors des apparitions de Pontmain le 17 janvier 1871. 

 

Deuxième épisode : Le réveil de l’abbé Guérin

 

Narrateur : Intrigués par cette étoile resplendissante, les frères Barbedette et leurs amies  suivent Joseph pour apercevoir eux aussi cette étoile mystérieuse qui brille dans le ciel. Les visages illuminés d’émerveillement, ils sentent en regardant le ciel que quelque chose de merveilleux se prépare.

 

Eugène : C’est incroyable ! Cette étoile est si belle, je n’avais jamais vu un jaune aussi brillant, ni même des branches aussi parfaites… Mais regardez ! L’étoile est juste au-dessus de notre église, on dirait qu’elle nous invite à y entrer…

 

Joseph : Ça doit être un signe ! Une invitation spéciale de la belle dame de Pontmain ! Je vous l’avais dit qu’elle reviendrait !

 

Françoise : Oui Joseph, je crois que tu as raison… Il faut entrer dans l’église, peut-être que quelque chose d’extraordinaire nous attend à l’intérieur.

 

Jeanne-Marie : Allons-y alors, rentrons dans l’église du hameau. 

 

Narrateur : Les enfants avancent d’un pas assuré vers l’église paroissiale de Pontmain. La neige est épaisse et leur progression est difficile. La neige froide rentre dans leur sabot mais le rythme des enfants ne faiblit pas : ils sont pressés de découvrir ce qui les attend à l’intérieur de l’édifice religieux. L’étoile les guide, puis ils s’approchent de l’église plus elle scintille et s’agrandit. Une fois arrivés à la porte du lieu saint, les enfants lèvent la tête et remarquent qu’ils n’ont jamais vu une étoile aussi belle.

 

Narrateur : arrivant à la porte de l’église, les enfants essaient d’ouvrir la porte en vain. Elle est fermée.

 

Joseph Barbedette : Oh non ! L’église est fermée, comment allons-nous savoir ce qu’il se passe à l’intérieur ?

 

Eugène : Allons voir l’abbé Guérin : il a les clés de l’église et pourra nous aider.

 

Narrateur : Les enfants décident de se rendre chez leur curé, l’abbé Guérin pour le réveiller et lui demander de venir ouvrir l’église. Les enfants aiment beaucoup l’Abbé Guérin, c’est lui qui a fondé la paroisse de Pontmain et il était avec eux le soir du 17 janvier 1871, quand la Vierge Marie est apparue dans le ciel. L’abbé Guérin s’occupait particulièrement des enfants, il a fondé en 1842, une école dans le hameau de Pontmain afin que les enfants puissent recevoir une bonne éducation.

 

L’Abbé Guérin : Qui est-ce à cette heure-ci ? Que se passe-t-il ?

 

Narrateur : L’abbé Guérin venait de s’endormir après avoir prié le rosaire comme il avait l’habitude de le faire chaque soir, avant de se coucher.

 

Eugène : Pardon, monsieur le curé, c’est nous, les petits voyants de Pontmain. Mon petit frère Joseph a vu une étoile qui brillait très fort dans le ciel, et nous aussi, avec Françoise et Jeanne-Marie on l’a vue cette étoile. On croit qu’il se passe quelque chose dans l’église mais on ne peut pas y entrer car elle est fermée à clé….

 

L’Abbé Guérin : Quelque chose dans l’église ? Mais que faites-vous dans les rues de Pontmain si tard un soir de grand froid ?

 

Joseph : Mais Monsieur l’abbé ! Il y a une étoile brillante dans le ciel, elle nous a guidés jusqu’à l’église. Nous pensons que c’est un signe de la Sainte Vierge.

 

Françoise : L’étoile a commencé à briller là même où nous avons vu la Vierge de Pontmain en janvier dernier,  monsieur le curé !

 

L’abbé Guérin : C’est la Vierge qui revient à Pontmain ? Dans notre humble église ? Une deuxième fois en plus ? C’est incroyable !

 

Jeanne-Marie : S’il vous plaît Monsieur le curé, venez avec nous, venez ouvrir la porte de notre église ! 

 

Narrateur : L’abbé Guérin, curieux et intrigué enfile ses sabots, il met sur son dos sa cape afin de ne pas avoir froid et suit les enfants jusqu’à l’église.

 

La suite au prochain épisode ! 

 

Ce podcast est une fiction et  a été écrit et réalisé par le diocèse de Laval, en collaboration avec Radio Fidélité Mayenne.

Et si la Vierge de Pontmain était revenue ? C’est ce que nous vous proposons de vivre avec ces quatre contes de Noël du diocèse de Laval, pour accompagner petits et grands vers la belle fête de la nativité. 

Premier épisode : l’étoile mystérieuse

Narrateur : En ce soir de décembre, les jeunes voyants de Pontmain sont encore tout chamboulés d’avoir vu la Vierge Marie apparaître le soir du 17 janvier dernier, dans un ciel étoilé. Cette affaire a fait beaucoup de bruit dans le hameau. Loin de vouloir devenir célèbres, les petits enfants n’ont pas changé leur quotidien. Ils continuent d’aider leurs parents, d’aller à l’école et de prier Dieu, comme l’abbé Guérin le leur enseigne.

Joseph Barbedette : J’aimerais tellement que la Vierge revienne… Même si papa dit que cela n’arrivera plus. Et qu’il ne faut plus en parler. 

Narrateur : Celui qui vient de parler, c’est Joseph Barbedette. Il s’adresse à son grand frère, Eugène. Eugène, c’est pour lui un chouette exemple, il l’aime beaucoup. Ce soir-là, Jeanne-Marie et Françoise viennent de rentrer chez elles après avoir passé la soirée chez les Barbedette, comme elles en ont l’habitude de le faire depuis les fameuses apparitions… À eux 4, ils forment une bande inséparable qui aiment prier et jouer ensemble… 

Le petit Joseph passe son temps à sortir pour voir si la belle dame n’est pas en train d’apparaître dans le ciel. Ces congénères n’y prêtent pas attention, il le fait si souvent… Depuis le 17 janvier, chaque soir, le petit Joseph espère secrètement que la belle dame revienne le voir et guette son retour ! 

Son papa s’en aperçoit et le réprimande : 

Monsieur Barbedette : Pourquoi aller dehors par ce froid ? Pour voir la Belle Dame ? Je te redis qu’elle est toujours là dans ton cœur, alors s’il te plait, ferme cette porte, il fait froid et tu nous fais un courant d’air à force d’ouvrir cette porte à tout bout de chant : nous allons tomber malade par ta faute ! 

Narrateur : Joseph ferme la porte par obéissance mais lui, il décide de rester dehors ! Oui, c’est un petit garçon têtu. Il est maintenant seul, dans la neige à contempler le ciel parsemé d’étoiles d’une nuit d’hiver bien froide mais dépourvu de nuage. 

Narrateur : Soudain, une grande étoile illumine le ciel nocturne de Pontmain. Le petit Barbedette l’aperçoit, émerveillé, il s’empresse d’aller prévenir ses amis qui sont dans la grange. 

Joseph Barbedette : Regardez, regardez ! Eugène !!! Venez voir les filles : il y a une belle et grande étoile !

Eugène : Chut ! Joseph ! Ne crie pas ! Tu vas attirer l’attention de papa et maman, tu sais bien qu’ils n’aiment pas que l’on regarde le ciel : on risque de se faire gronder… 

Joseph : Mais Eugène, viens voir : c’est peut-être un signe de la Vierge Marie ? 

Françoise : Vous croyez qu’elle est revenue ?

Jeanne-Marie : On ne sait jamais… Joseph, montre nous où est l’étoile !

Narrateur : Voilà les quatre enfants dans la neige à scruter cette étoile venue éclairer le ciel obscur d’une nuit d’hiver à Pontmain. Mais d’où peut venir cette étoile si scintillante ? 

Vous le saurez dans le prochain épisode des contes des petits voyants de Pontmain. 

Ce podcast est une fiction et a été écrit et réalisé par le diocèse de Laval, en collaboration avec Radio Fidélité Mayenne.

Inscrivez-vous à la Lettre d’information du diocèse de Laval « En Communion » pour recevoir le prochain épisode des contes de Noël !

Nos actualités, chaque semaine

La newsletter du Diocèse de Laval
tous les vendredis.

A lire également