Les prières à Marie

Je vous salue, Marie

 

Je vous salue, Marie pleine de grâce ;
Le Seigneur est avec vous.
Vous êtes bénie entre toutes les femmes
Et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu,
Priez pour nous pauvres pécheurs,
Maintenant et à l’heure de notre mort.

Amen

Statue de Notre-Dame (église des Cordeliers)
©diocesedelaval.fr

Prière à Notre-Dame de Pontmain pour retrouver l’espérance

Vierge Marie, Mère de l’Église et notre Mère,
en ce temps d’épreuve,
nous venons nous abriter sous ton manteau de miséricorde.

A Pontmain, tu as ranimé l’espérance dans les cœurs découragés.
Viens aujourd’hui renforcer notre foi défaillante.
Établis nos familles dans la confiance et dans la paix.

Repousse l’ennemi invisible qui nous assaille
et qui met à mal la santé de tant de nos frères et sœurs.

Nous te confions les différents acteurs de la vie civile,
qui mettent toute leur énergie à soigner les malades
et à prévenir l’expansion du virus.

Ouvre nos cœurs et nos mains aux besoins des plus pauvres,
et prie pour nous Jésus, ton Fils et notre Frère :

Qu’il nous conduise de la Croix à la joie de la Résurrection. Amen

+ Thierry Scherrer
Évêque de Laval

Statue de Notre-Dame de Pontmain
©diocesedelaval.fr

Marie, femme de l’écoute, ouvre nos oreilles

« Marie, femme de l’écoute, ouvre nos oreilles : fais que nous sachions écouter la Parole de ton Fils Jésus entre les mille paroles de ce monde ; fais que nous sachions écouter la réalité dans laquelle nous vivons, chaque personne que nous rencontrons, en particulier celle qui est la plus pauvre, démunie, en difficulté. Marie, femme de la décision, illumine notre esprit et notre cœur, pour que nous sachions obéir à la Parole de ton Fils Jésus, sans hésitations ; donne-nous le courage de la décision, de ne pas nous laisser entraîner pour que d’autres orientent notre vie. Marie, femme de l’action, fais que nos mains et nos pieds aillent « en hâte » vers les autres, pour apporter la charité et l’amour de ton Fils Jésus, pour apporter, comme toi, dans le monde la lumière de l’Évangile. Amen. » 

Pape François à Rome le 31 mai 2013

Le Magnificat

 

Marie dit alors :
Mon âme exalte le Seigneur,
exulte mon esprit en Dieu, mon Sauveur !

Il s’est penché sur son humble servante ;
désormais, tous les âges me diront bienheureuse.

Le Puissant fit pour moi des merveilles; saint est son nom ! 

Son amour s’étend d’âge en âge sur ceux qui le craignent.

Déployant la force de son bras, il disperse les superbes.

Il renverse les puissants de leurs trônes,
Il élève les humbles.

Il comble de biens les affamés,
renvoie les riches les mains vides.

Il relève Israël, son serviteur, il se souvient de son amour,
de la promesse faite à nos pères, en faveur d’Abraham et de sa race, à jamais.

(Lc 1,47-55)

La prière du chapelet

On commence par le Signe de Croix : « Au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit. Amen. »

Puis, on redit notre foi avec la prière du Je Crois en Dieu.

Sur le Premier grain, on dit le Notre Père puis sur les trois grains suivants : trois Je vous salue Marie et le Gloire au Père, hommage d’amour et d’adoration à la Trinité.

« Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit,
comme il était au commencement, maintenant et toujours
dans les siècles des siècles. Amen. »

Puis on médite avec Marie un événement de la vie du Christ (appelés mystères, ils évoquent des moments de grande joie, de souffrance ou de gloire de la vie du Christ), éventuellement à l’aide d’un extrait de l’Écriture Sainte, en récitant :
- un Notre Père,
- dix Je vous salue Marie suivi du
- Gloire au Père qui termine chaque dizaine.

On répète cette série 5 fois en suivant les grains sur le chapelet.

A l’intérieur de chaque mystère, on peut ajouter au nom de Jésus une brève méditation (ou clausule) en rapport avec le mystère médité.

Par exemple, « Jésus présenté au Temple » ou « Jésus flagellé » ou encore « Jésus ressuscité ».

On peut aussi porter toutes les intentions de prière qui nous ont été confiées.

En contemplant le Ressuscité, le chrétien redécouvre les raisons de sa propre foi (cf. 1 Co 15,14), et il revit la joie non seulement de ceux à qui le Christ s’est manifesté – les Apôtres, Marie-Madeleine, les disciples d’Emmaüs –, mais aussi la joie de Marie, qui a dû faire une expérience non moins intense de la vie nouvelle de son Fils glorifié.

Ils sont médités le mercredi et le dimanche.

 

la Résurrection

Fruit du mystère : vivre en homme nouveau.
« Le premier jour de la semaine, de grand matin, les femmes se rendirent au sépulcre, portant des aromates qu’elles avaient préparés. Elles trouvèrent la pierre roulée sur le côté du tombeau. Elles entrèrent, mais ne trouvèrent pas le corps du Seigneur Jésus. Elles ne savaient que penser, lorsque deux hommes se présentèrent à elles, avec un vêtement éblouissant. Saisies de crainte, elles baissaient le visage vers le sol. Ils leur dirent : « Pourquoi cherchez-vous le Vivant parmi les morts ? Il n’est pas ici, il est ressuscité. » Lc 24, 1-6

 

l’Ascension

Fruit du mystère : aspirer aux choses d’en haut.
« Le Seigneur Jésus, après leur avoir parlé, fut enlevé au ciel et s’assit à la droite de Dieu. » Mc 16, 19

 

la Pentecôte

Fruit du mystère : se laisser guider par l’Esprit.
« Quand arriva le jour de la Pentecôte, au terme des cinquante jours, ils se trouvaient réunis tous ensemble. Soudain un bruit survint du ciel comme un violent coup de vent : la maison où ils étaient assis en fut remplie tout entière. Alors leur apparurent des langues qu’on aurait dites de feu, qui se partageaient, et il s’en posa une sur chacun d’eux. Tous furent remplis d’Esprit Saint : ils se mirent à parler en d’autres langues, et chacun s’exprimait selon le don de l’Esprit. » Ac 2, 1-4

 

l’Assomption

Fruit du mystère : demander la grâce d’une bonne mort.
« Il s’est penché sur son humble servante ; désormais tous les âges me diront bienheureuse. Le Puissant fit pour moi des merveilles ; Saint est son nom ! » Lc 1, 48-49

 

le Couronnement de la Vierge Marie

Fruit du mystère : se confier à la Vierge Marie.
« Un signe grandiose apparut dans le ciel : une Femme, ayant le soleil pour manteau, la lune sous les pieds, et sur la tête une couronne de douze étoiles. » Ap 12, 1

Cette série de Mystères du Rosaire a été proposée par saint Jean-Paul II en 2002. Ils permettent « de prendre en compte les mystères de la vie publique du Christ entre le Baptême et la Passion. » Passant de l’enfance de Jésus et de la vie à Nazareth à sa vie publique, ils amènent à contempler ces mystères que l’on peut appeler, à un titre spécial, “mystères de lumière”. Chacun de ces mystères est une révélation du Royaume désormais présent dans la personne de Jésus.

Ils sont médités le jeudi.

 

le Baptême du Christ dans le Jourdain

Fruit du mystère : raviver en nous la grâce de notre baptême.
« Dès que Jésus fut baptisé, il remonta de l’eau, et voici que les cieux s’ouvrirent : il vit l’Esprit de Dieu descendre comme une colombe et venir sur lui. Et des cieux, une voix disait : » Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui je trouve ma joie. «  » Mt 3,16-17

 

le miracle de Cana

Fruit du mystère : l’amour de l’Église
« Le troisième jour, il y eut un mariage à Cana de Galilée. La mère de Jésus était là. Jésus aussi avait été invité au mariage avec ses disciples. Or, on manqua de vin. La mère de Jésus lui dit : « Ils n’ont pas de vin. » Jésus lui répond : « Femme, que me veux-tu ? Mon heure n’est pas encore venue. » Sa mère dit à ceux qui servaient : « Tout ce qu’il vous dira, faites-le. » » Jn 2, 1-5

 

l’annonce du Royaume

Fruit du mystère : la conversion
« Les temps sont accomplis : le règne de Dieu est tout proche. Convertissez-vous et croyez à l’Évangile. » Mc 1, 15

 

la Transfiguration

Fruit du mystère : la grâce d’une vie intérieure
« Six jours après, Jésus prend avec lui Pierre, Jacques et Jean son frère, et il les emmène à l’écart, sur une haute montagne. Il fut transfiguré devant eux ; son visage devint brillant comme le soleil, et ses vêtements, blancs comme la lumière. » Mt 17, 1-2

 

l’Institution de l’Eucharistie

Fruit du mystère : la foi en la présence réelle
« Pendant le repas, Jésus, ayant pris du pain et prononcé la bénédiction, le rompit et, le donnant aux disciples, il dit : « Prenez, mangez : ceci est mon corps. » » Mt 26, 26

Ce cycle choisit certains moments de la Passion et incite la personne qui prie à les fixer avec le regard du cœur et à les revivre. Depuis toujours la piété chrétienne, spécialement pendant le Carême à travers la pratique du chemin de Croix, s’est arrêtée sur chaque moment de la Passion, comprenant que là se trouve le point culminant de la révélation de l’amour et que là aussi se trouve la source de notre salut.

Ils sont médités le mardi et le vendredi.

 

l’agonie au Jardin des Oliviers

Fruit du mystère : redire son Fiat au Père.
« Alors Jésus parvient avec eux à un domaine appelé Gethsémani et leur dit : « Asseyez-vous ici, pendant que je vais là-bas pour prier. » Il emmena Pierre, ainsi que Jacques et Jean, les deux fils de Zébédée, et il commença à ressentir tristesse et angoisse. Il leur dit alors : « Mon âme est triste à en mourir. Restez ici et veillez avec moi. » Allant un peu plus loin, il tomba face contre terre en priant, et il disait : « Mon Père, s’il est possible, que cette coupe passe loin de moi ! Cependant, non pas comme moi, je veux, mais comme toi, tu veux. » » Mt 26, 36-39

 

la flagellation

Fruit du mystère : avoir confiance en Dieu.
« Alors Pilate fit saisir Jésus pour qu’il soit flagellé. Les soldats tressèrent avec des épines une couronne qu’ils lui posèrent sur la tête ; puis ils le revêtirent d’un manteau pourpre. Ils s’avançaient vers lui et ils disaient : « Salut à toi, roi des Juifs ! » Et ils le giflaient. » Jn 19,1-3

 

le couronnement d’épines

Fruit du mystère : rester humble.
« Alors les soldats du gouverneur emmenèrent Jésus dans la salle du Prétoire et rassemblèrent autour de lui toute la garde. Ils lui enlevèrent ses vêtements et le couvrirent d’un manteau rouge. Puis, avec des épines, ils tressèrent une couronne, et la posèrent sur sa tête ; ils lui mirent un roseau dans la main droite et, pour se moquer de lui, ils s’agenouillaient devant lui en disant : « Salut, roi des Juifs ! » » Mt 27, 27-29

 

le portement de croix

Fruit du mystère : prendre sa croix de tous les jours.
« Et ils réquisitionnent, pour porter sa croix, un passant, Simon de Cyrène, le père d’Alexandre et de Rufus, qui revenait des champs. Et ils amènent Jésus au lieu dit Golgotha, ce qui se traduit : Lieu-du-Crâne (ou Calvaire). » Mc 15, 21-22

 

la crucifixion et la mort de Jésus sur la croix

Fruit du mystère : brûler d’amour pour Dieu.
« Lorsqu’ils furent arrivés au lieu dit : Le Crâne (ou Calvaire), là ils crucifièrent Jésus, avec les deux malfaiteurs, l’un à droite et l’autre à gauche. Jésus disait : « Père, pardonne-leur : ils ne savent pas ce qu’ils font. » (…) C’était déjà environ la sixième heure (c’est-à-dire : midi) ; l’obscurité se fit sur toute la terre jusqu’à la neuvième heure, car le soleil s’était caché. Le rideau du Sanctuaire se déchira par le milieu. Alors, Jésus poussa un grand cri : « Père, entre tes mains je remets mon esprit. » Et après avoir dit cela, il expira. » Lc 23, 32-33, 44-46

Ce cycle choisit certains moments de la Passion et incite la personne qui prie à les fixer avec le regard du cœur et à les revivre. Depuis toujours la piété chrétienne, spécialement pendant le Carême à travers la pratique du chemin de Croix, s’est arrêtée sur chaque moment de la Passion, comprenant que là se trouve le point culminant de la révélation de l’amour et que là aussi se trouve la source de notre salut.

Ils sont médités le mardi et le vendredi.

 

l’agonie au Jardin des Oliviers

Fruit du mystère : redire son Fiat au Père.
« Alors Jésus parvient avec eux à un domaine appelé Gethsémani et leur dit : « Asseyez-vous ici, pendant que je vais là-bas pour prier. » Il emmena Pierre, ainsi que Jacques et Jean, les deux fils de Zébédée, et il commença à ressentir tristesse et angoisse. Il leur dit alors : « Mon âme est triste à en mourir. Restez ici et veillez avec moi. » Allant un peu plus loin, il tomba face contre terre en priant, et il disait : « Mon Père, s’il est possible, que cette coupe passe loin de moi ! Cependant, non pas comme moi, je veux, mais comme toi, tu veux. » » Mt 26, 36-39

 

la flagellation

Fruit du mystère : avoir confiance en Dieu.
« Alors Pilate fit saisir Jésus pour qu’il soit flagellé. Les soldats tressèrent avec des épines une couronne qu’ils lui posèrent sur la tête ; puis ils le revêtirent d’un manteau pourpre. Ils s’avançaient vers lui et ils disaient : « Salut à toi, roi des Juifs ! » Et ils le giflaient. » Jn 19,1-3

 

le couronnement d’épines

Fruit du mystère : rester humble.
« Alors les soldats du gouverneur emmenèrent Jésus dans la salle du Prétoire et rassemblèrent autour de lui toute la garde. Ils lui enlevèrent ses vêtements et le couvrirent d’un manteau rouge. Puis, avec des épines, ils tressèrent une couronne, et la posèrent sur sa tête ; ils lui mirent un roseau dans la main droite et, pour se moquer de lui, ils s’agenouillaient devant lui en disant : « Salut, roi des Juifs ! » » Mt 27, 27-29

 

le portement de croix

Fruit du mystère : prendre sa croix de tous les jours.
« Et ils réquisitionnent, pour porter sa croix, un passant, Simon de Cyrène, le père d’Alexandre et de Rufus, qui revenait des champs. Et ils amènent Jésus au lieu dit Golgotha, ce qui se traduit : Lieu-du-Crâne (ou Calvaire). » Mc 15, 21-22

 

la crucifixion et la mort de Jésus sur la croix

Fruit du mystère : brûler d’amour pour Dieu.
« Lorsqu’ils furent arrivés au lieu dit : Le Crâne (ou Calvaire), là ils crucifièrent Jésus, avec les deux malfaiteurs, l’un à droite et l’autre à gauche. Jésus disait : « Père, pardonne-leur : ils ne savent pas ce qu’ils font. » (…) C’était déjà environ la sixième heure (c’est-à-dire : midi) ; l’obscurité se fit sur toute la terre jusqu’à la neuvième heure, car le soleil s’était caché. Le rideau du Sanctuaire se déchira par le milieu. Alors, Jésus poussa un grand cri : « Père, entre tes mains je remets mon esprit. » Et après avoir dit cela, il expira. » Lc 23, 32-33, 44-46

Notre-Dame du Marchis
(Notre-Dame-St-Médard de Soulgé-sur-Ouette)
©diocèsedelaval.fr

Souvenez-vous

Souvenez‑vous, ô très miséricordieuse Vierge Marie,
qu’on n’a jamais entendu dire qu’aucun de ceux qui ont eu recours à votre protection,
imploré votre assistance ou réclamé votre secours,
ait été abandonné.

 

Animé de cette confiance, ô Vierge des vierges, ma Mère,
je viens à vous, et gémissant sous le poids de mes péchés,
je me prosterne à vos pieds.

 

Ô Mère du Verbe incarné, ne méprisez pas mes prières,
mais écoutez‑les favorablement et daignez les exaucer.

 

Amen

Memorare

 

Memorare, o piissima Virgo Maria,
non esse auditum a saeculo,
quemquam ad tua currentem praesidia,
tua implorantem auxilia,
tua petentem suffragia, esse dereclitum.

Ego, tali animatus confidentia, ad te, Virgo virginum, Mater curro,
ad te venio, coram te gemens peccator assisto.

Noli, Mater Verbi, verba mea despicere,
sed audi, propitia, et exaudi. 

Amen !

Sous l’abri de ta miséricorde

 

Sous l’abri de ta miséricorde,
nous nous réfugions, sainte Mère de Dieu.

 

Ne méprise pas nos prières quand nous sommes dans l’épreuve,
mais de tous les dangers délivre‑nous toujours,

 

Ô Vierge glorieuse et bénie.

Sub tuum

 

Sub tuum praesidium confugimus, sancta Dei Genitrix.

 

Nostras deprecationes ne despicias in necessitatibus,
sed a periculis cunctis libera nos semper,

 

Virgo gloriosa et benedicta.

La Prière de l’Angélus

V. L’ange du Seigneur apporta l’annonce à Marie
R/ Et elle conçut du Saint-Esprit.

Je vous salue Marie, pleine de grâce,
Le Seigneur est avec vous,
Vous êtes bénie entre toutes les femmes,
Et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.
Sainte Marie, mère de Dieu,
Priez pour nous, pauvres pécheurs,
Maintenant, et à l’heure de notre mort.

V. Voici la Servante du Seigneur
R/ Qu’il me soit fait selon votre parole.

Je vous salue Marie…

V. Et le Verbe s’est fait chair
R/ Et il a habité parmi nous.

Je vous salue Marie…

V. Priez pour nous, sainte Mère de Dieu
R/ Afin que nous soyons rendus dignes des promesses du Christ.

Prions :
Que ta grâce, Seigneur, se répande en nos cœurs. Par le message de l’ange, tu nous as fait connaître l’Incarnation de ton Fils bien aimé, conduis-nous, par sa passion et par sa croix jusqu’à la gloire de la résurrection. Par le Christ, notre Seigneur.

R/ Amen.

Angélus de Millet revisité

Prière à l’Immaculée Conception de Saint Maximilien Kolbe :

 

 

« Immaculée Conception, Reine du ciel et de la terre,
Refuge des pécheurs et Mère très aimante,
à qui Dieu voulut confier tout l’ordre de la Miséricorde,
me voici à tes pieds, moi, pauvre pécheur.

 

Je t’en supplie, accepte mon être tout entier
comme ton bien et ta propriété ;
agis en moi selon ta volonté,
en mon âme et mon corps,
en ma vie et ma mort et mon éternité.

 

Dispose avant tout de moi comme tu le désires,
pour que se réalise enfin ce qui est dit de toi :
« La Femme écrasera la tête du serpent »
et aussi « Toi seule vaincras les hérésies dans le monde entier ».

 

Qu’en tes mains toutes pures, si riches de miséricorde,
je devienne un instrument de ton amour,
capable de ranimer et d’épanouir
pleinement tant d’âmes tièdes ou égarées.

 

Ainsi s’étendra sans fin le Règne du Coeur divin de Jésus.
Vraiment, ta seule présence attire les grâces
qui convertissent et sanctifient les âmes,
puisque la Grâce jaillit du Coeur divin de Jésus sur nous tous,
en passant par tes mains maternelles.

 

Amen. »

Notre-Dame de l’Immaculée Conception (Lourdes)

Prière de consécration à la Vierge Marie –
St L-M Grignion de Montfort

 

Je vous choisis, aujourd’hui
ô Marie,
en présence de toute la cour céleste,
pour ma Mère et ma Reine.
Je vous livre et consacre,
en toute soumission et amour,
mon corps et mon âme,
mes biens intérieurs et extérieurs,
et la valeur même de mes bonnes actions
passées, présentes et futures,
vous laissant un entier et plein droit
de disposer de moi,
et de tout ce qui m’appartient,
sans exception,
selon votre bon plaisir,
à la plus grande Gloire de Dieu,
dans le temps et l’éternité.

Ainsi soit-il

Prière à Notre Dame d’Avesnières

« Mère de Miséricorde, Notre-Dame d’Avesnières,
Toi qui resplendis de lumière en Ta sainte et Immaculée Conception,
nous accourons vers Toi avec la confiance et la simplicité des enfants.
En ce jour de Solennité pour notre Église,
à l’invitation de notre Pape François, nous consacrons à nouveau notre vie à ton Cœur immaculé,
Te présentant la cause de nos familles, de nos paroisses, de notre diocèse, du monde tout entier.
Par Toi, nous faisons monter vers le Père les appels de détresse de notre humanité,
le cri de tous ceux qui souffrent ou sont désespérés.
Engagés en diocèse sur le chemin de la conversion,
nous voulons réentendre cet Appel du Père à devenir Saints comme Lui-même est Saint,
dans la vitalité toujours neuve du Baptême que nous avons reçu.
Nous croyons que notre Église qui est Sainte,
est aussi toujours en besoin d’être purifiée pour mieux répondre à Sa mission d’être Signe du Christ au milieu du monde.
Aide-nous à prendre au sérieux les invitations incessantes de ton Fils Jésus à changer nos vies et nos cœurs.
Qu’avec Sa grâce nous puissions nous arracher chaque jour un peu plus à la médiocrité d’une existence encore trop repliée sur elle-même.
Que nous reprenions, joyeux, le chemin de la Source en vivant régulièrement et de manière personnelle le Sacrement du pardon.
Que nous comprenions aussi que nous réconcilier avec Dieu nous engage à nous réconcilier avec nos frères,
à pardonner inlassablement à ceux qui nous ont offensés.
Fais de chacune et chacun de nous des artisans infatigables de réconciliation et de paix.
Que notre vie tout entière renouvelée dans la Puissance de l’Amour de Dieu atteste de la grandeur infinie de Celui qui nous a appelés des ténèbres à Son admirable Lumière ».

Ainsi soit-il.

Mgr Thierry Scherrer

Statue de Notre-Dame d’Avesnières – Laval

Prière à la vierge Marie

 

« Vierge Marie, notre Mère, en ce lieu béni où nous sommes rassemblés, blottis sous le manteau de ta Miséricorde, nous nous consacrons à ton Cœur immaculé.

Par cette remise confiante de tout notre être entre Tes mains, nous voulons T’accueillir de façon profonde et durable dans notre vie de chaque jour. Toi dont le Cœur a été comblé de toutes les richesses de la Grâce, demande à Dieu, pour nous, un cœur compatissant et généreux qui puisse brûler d’amour pour le Christ et pour nos frères. Par la puissance même de l’Esprit Saint par qui Tu as conçu et enfanté le Fils de Dieu fait homme, obtiens-nous la Grâce d’être configurés, assimilés à la vie de Jésus afin que notre existence soit en tout le reflet de la Sienne.

Mère bien-aimé, nous présentons à ton Cœur maternel nos joies, nos souffrances et nos espérances. Tu nous connais chacun par notre nom, avec notre visage et notre histoire. Que ta Présence fasse briller le soleil sur nos obscurités et refleurir le désert de nos solitudes. Par ton Intercession pleine de tendresse, que descende sur notre diocèse et tous ses habitants une nouvelle Pentecôte d’amour et de joie. Que soit ravivée en chacun de nous la Grâce toujours neuve de notre Baptême pour que nous soyons sel et lumière au cœur du monde d’aujourd’hui.

Conduis-nous instant après instant sur un chemin de lumière jusqu’au Jour bienheureux où nous contemplerons Dieu face à Face ».

Ainsi soit-il.

Mgr Thierry Scherrer

Icône de la Mère de Dieu Eleousa (Créte)
Crédit photo : Wikimedia